Zones Non Agricoles

Charançon rouge du palmier > Biologie et écologie


 

Biologie :

Le charançon rouge se développe typiquement comme endophyte des palmiers attaqués. L’adulte est diurne, doué d’un vol puissant.

Les adultes s’accouplent plusieurs fois dans leur vie. Les femelles déposent les œufs dans des trous pratiqués à l’aide de leur rostre à la base des palmes, dans les jeunes tissus ou au niveau de blessures. Le nombre d’œufs peut varier de quelques dizaines à plusieurs centaines. Les œufs éclosent après une période de 3 à 6 jours.

 

La période larvaire peut durer de 25 à 105 jours.

A maturité la larve construit un cocon avec les fibres de la plante. Il mesure 80x35 mm, il est ovale et légèrement allongé, on le trouve généralement à la base des palmes. 

 

Il est possible d’observer tous les stades de développement à un moment donné du fait du chevauchement des générations.

 

Eléments favorables :

Plus le charançon se trouve dans une zone où les plantations de palmiers sont denses et étendues et plus l’installation de l’insecte sera rapide.

C’est un insecte attiré par les produits volatils issus de la fermentation de palmiers blessés. Les mâles de l’espèce produisent une phéromone d’agrégation capable de rassembler de nombreux individus afin de favoriser les reproductions successives. Il apparaît que les palmiers Phoenix canariensis de sexe masculin (ne produisant pas de fruits) sont plus attaqués que les palmiers femelles. On suppose alors que le parasite est attiré par des molécules volatiles émises par le palmier (Littardi, 2006).

 

Espèces régulatrices :

Quelques études ont été menées concernant les ennemis naturels du charançon rouge dans son aire d’origine. Parmi ceux-ci on dénombre des nématodes, des bactéries, des virus, des champignons entomopathoèges et des insectes prédateurs et parasitoïdes.
 

Informations complémentaires

Ennemis naturels du charançon

Plan du site    Mentions légales